15
Juil
10

14 juillet 2010 : appel à l’état d’alerte et au referendum

René Hocq lit la charte qui sera mise aux voix lors du prochain conseil municipal (photo PVC).

14 juillet 1789, prise de la bastille qui dans la conscience collective marque l’abolition des privilèges… 14 juillet 1790, jour de fête de la Fédération qui fut « une grande manifestation d’unité nationale ». En sachant qu’à l’époque, « l’Assemblée ne cachait pas son orientation essentiellement bourgeoise et sa défiance à l’égard des ouvriers : la loi Le Chapelier (1791) abolit les corporations et les règlements de métier, au nom de la liberté de l’industrie et du commerce; mais elle interdit aux travailleurs toute association professionnelle, et la grève resta un délit puni de prison ». L’Assemblée qui avait créé les départements quelques mois plus tôt (février 1790). Ces quelques rappels historiques ne sont pas inutiles au moment où la France vient de fêter son 14 juillet, jour de fête Nationale. Et à Burbure, les élus ont bien saisi l’importance symbolique de cette date qui n’est pas seulement synonyme de flonflons, de feux d’artifices et de bals populaires pour officiellement annoncer le contenu d’une charte républicaine qui sera votée par le conseil municipal.
Drapeau qui flotte au vent, élus qui portent l’écharpe… Le tricolore était bien de mise hier à l’occasion des cérémonies du 14 juillet. Partis de la salle polyvalente, le maire, ses adjoints et conseillers municipaux défilaient en musique avec l’harmonie Avenir, jusqu’au monument aux morts, où avait lieu un dépôt de gerbe. C’est là que René Hocq prit la parole pour expliquer la démarche, pour dire que les Français sont appelés à se serrer la ceinture pendant que d’autres continuent à s’enrichir, pour souligner l’unité syndicale retrouvée et appeler à l’action à la rentrée, et pour souligner les dangers de la réforme territoriale qui fait actuellement débat mais dont les média parlent peu, malgré les dangers qu’elle représente. Cette loi qui ne fait l’objet d’aucun débat, prépare un bouleversement de l’architecture territoriale, héritage de la Révolution française. Asphyxie financière des collectivités locales, concentration des pouvoirs administratifs, réductions des services publics, des effectifs des personnels territoriaux et des élus départementaux, sont quelques-uns des effets négatifs dénoncés du projet de réforme… alors que les collectivités territoriales qui seront dépossées de leurs pouvoirs et moyens de décision réalisent 73 % de l’investissement public.
Le conseil municipal de Burbure appellera donc « les élus des 36 000 communes de France, des intercommunalités, des Départements, des Régions à déclarer l’état d’alerte et à manifester leur opposition à cette réforme ». Et elle exigera « l’organisation d’un referendum sur ce projet de loi qui concerne l’avenir et le quotidien de la population »
Pour lire le contenu complet de la charte, cliquez ici20100715101242410_0001.

Bleu, blanc, rouge... Le tricolore était de mise lors du défilé du 14 juillet (photo PVC)

Publicité

0 Réponses to “14 juillet 2010 : appel à l’état d’alerte et au referendum”



  1. Laissez un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


Catégories

Archives


%d blogueurs aiment cette page :