Archive pour juin 2017

30
Juin
17

Neuf Burburains dans la montagne de Reims

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’ASB La Scyrendale s’est rendue en Champagne pour participer au 60e Brevet cyclotouriste de la montagne de Reims. Cette année, il y avait plus de 1200 participants dont 9 Burburains. La concentration proposait deux parcours le premier de 90 km et un second de 120 km, entre vignes et maisons traditionnelles.
Pour Jacques Dassonval, responsable du déplacement, le moment le plus dur a été la première côte au 10e km car les coureurs ne sont pas encore en jambe et le groupe se casse à ce moment précis. « Le meilleur moment est quand on voit les 10 derniers kilomètres arriver car ce n’est plus que du plat et l’on peut aller jusque 40km/h. »
« On souffre mais on s’éclate » rajoute Jacques Dassonval.
Pour le club, la prochaine sortie se fera le 2 juillet pour le rallye cyclo à Dunkerque et le 27 août ce sera le brevet André Jean-Réveillon.- M.-R.

Publicités
29
Juin
17

EUROPABURES.- Neuf randonneurs de l’Ortie et quatre pongistes du TTB seront en Suisse ce week-end, pour participer aux Europabures organisés à Oberbüren. Ils y représenteront la commune et porteront sa candidature pour accueillir la manifestation en 2019.

MARCHE NORDIQUE.- Pas de séance ce samedi 30 juin. Prochain rendez-vous le samedi 8 juillet.

28
Juin
17

Danses ensoleillées de l’été

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme chaque année, le club de danse du foyer des jeunes a fait son show. L’association créée en 1971 a encore une fois démontré qu’elle sait organiser grâce à l’aide de nombreux bénévoles. Le thème choisi pour cette représentation était « le soleil » avec un medley de musiques de l’été qui a mis plus de soixante danseurs sur la scène. Le spectacle a ravi les parents et toutes les personnes assistant au spectacle. Un grand bravo a été adressé aux couturières pour la confection des costumes qui changeaient à chaque danse.- M.-R.

27
Juin
17

Classement confirmé pour l’harmonie

Photos © DR / HA

Ce dimanche à Calais, l’harmonie Avenir a obtenu un premier prix en division Excellence avec une moyenne de 16 sur 20 : 16,5 au morceau imposé Grand Fanfare et 15,5 pour El Camino Real. Elle a donc confirmé son classement qui était l’objectif affiché.
« C’est un excellent résultat qui récompense le travail acharné de notre chef adoré », dit Amaury Bart, président de la société qui était officiellement dirigée pour la dernière fois par Gilles Foulon. Celui-ci affiche également sa satisfaction, remerciant ses musiciens pour l’interprétation très difficile des deux œuvres. « C’est le plus beau cadeau d’anniversaire que vous pouviez me faire », leur a-t-il dit. Gilles fête a 62 ans.

24
Juin
17

Hello Summer…

Photo © PVC / Votre Info

L’été est arrivé, les vacances approchent et le Foyer des jeunes organise ce samedi 24 juin à partir de 19h, son spectacle de fin d’année baptisé « Hello summer ». Au programme des musiques du soleil et les rythmes de l’été. Ouverture des portes de la salle polyvalente à 18h. Entrée 6 €.

MARCHÉ AUX PUCES.-
Aujourdui, samedi 24 juin, rue du 11-Novembre et rue du Bois Rimbert, avec l’harmonie Avenir.

MARCHE NORDIQUE.- Pas dé séance aujourd’hui.

23
Juin
17

Amaury Bart ou comment se couper en quatre

Amaury Bart, au terme de la présentation de sa thèse, prête serment d’Hippocrate.- Photo © DR / Bart

Footballeur, musicien et médecin, Amaury Bart a des semaines bien remplies… Et ces derniers temps, il a enregistré de bien belles satisfactions.

Ce dimanche l’harmonie Avenir est donc à Calais (lire ci-dessous) pour un concours de classement… Un beau défi pour une société présidée par Amaury Bart qui sera parmi ses musiciens, au pupitre des percussions. Pour lui, la confirmation d’un classement dans la division excellence, serait évidemment une énorme satisfaction alors que son frère Anicet s’apprête à en prendre la direction. Et cela serait sans doute aussi pour lui, la cerise sur le gâteau.
Celui à qui l’on peut maintenant dire docteur a en effet soutenu avec succès sa thèse de médecine, il y a quelques semaines, à la faculté Henri-Warembourg à Lille. Le thème qu’il avait retenu : « Adéquation entre la proposition thérapeutique issue des réunions de concertation pluridisciplinaire pour les cancers des voies aérodigestives supérieures et la thérapeutique effectivement mise en place ». De nombreux amis (beaucoup de Burbure) l’ont accompagné pour cette dernière étape qui est peut-être un peu considérée comme une formalité mais qui reste le fruit d’un gros travail de recherche et d’écriture qu’Amaury a réalisé en huit mois. Presque un record.

Bachelier à Lillers
Élève du lycée Anatole-France à Lillers où il a obtenu son baccalauréat, l’on pourrait croire qu’Amaury Bart a suivi l’exemple de son père Denis… « J’ai hésité entre la médecine, les maths et la physique ». Il a fait le choix de la médecine, sans trop savoir à quoi il s’attendait. Il l’a vite appris à ses dépens car les débuts ont été très difficiles et sanctionnés par ce qui était pour lui, un premier échec. « J’ai compris qu’il fallait que je change ma méthode travail », explique-t-il. Une fois le concours d’entrée obtenu, tout s’est enchainé sans embuches. Six années d’études avec des stages dans les hôpitaux de la région : Béthune, Saint-Omer, Lens, Saint-Venant, Lille. Les épreuves classantes nationales lui ont permis d’obtenir ce qu’il voulait en tout premier lieu : rester dans la région. Une priorité pour lui qui a toujours continué à jouer au football le dimanche et assisté aux répétitions de l’harmonie le vendredi.
Interne à Béthune, il a commencé à travailler chez des généralistes à Saint-Omer, a effectué des remplacements à Camblain et Burbure et décroché un contrat de deux ans, à l’hôpital de Lens  où il travaille actuellement en médecine polyvalente, suivant plus particulièrement des personnes âgées et/ou abîmées par la vie. Le poste lui convient parce qu’il correspond à ce qu’il veut faire, à savoir de la médecine générale, et lui permet encore de se couper en quatre pour poursuivre ses activités associatives.

Arbitre de football
Le docteur Bart peut désormais s’installer en libéral mais préfère attendre avant de se lancer dans ce qu’il considère comme un véritable projet de vie qui ne lui laissera sans doute très peu de temps libre et engagera la famille. Tout dépendra aussi de l’évolution de la situation dans les hôpitaux publics où l’on n’arrête pas de supprimer des lits pour privilégier l’ambulatoire.
Dans les mois qui viennent l’on verra donc encore Amaury Bart dans les rangs de l’harmonie mais aussi sur les terrains de football. Joueur de l’Olympique depuis qu’il est tout gosse, il a fièrement porté le maillot de son club jusqu’en seniors A, mais reconnaît qu’après vingt ans de pratique, il en avait un peu marre de toujours jouer contre les mêmes équipes, à un niveau qui n’est pas extraordinaire… Convaincu par Pascal Tartare, ancien arbitre de l’Olympique, il s’est donc décidé à prendre le sifflet en se disant que ce serait une expérience enrichissante. C’est devenu un vrai plaisir, explique-t-il, car généralement les choses se passent très bien. « Contrôler le match avec la parole et la présence, prévenir les situations conflictuelles plutôt que les gérer », telle est la façon avec laquelle il intervient. La méthode est efficace car il n’a pas tardé à grimper dans la hiérarchie du corps arbitral, récemment classé 4e de la 1re série du district Artois. Le week-end, Amaury Bart dirige donc des matchs d’Excellence et de Promotion d’excellence (les deux plus hauts niveaux de district) ou officie, en tant qu’arbitre assistant, dans les rencontres de la Ligue régionale. En cette toute fin de saison, il a aussi été désigné pour diriger la finale de la Coupe d’Artois féminine à Tilloy-les-Mofflaines… Façon de récompenser sa très belle saison. La logique voudrait maintenant qu’il participe aux stages et passe les examens qui lui permettraient d’accéder à l’échelon supérieur, et d’être arbitre de ligue… Mais c’est astreignant et cela impliquerait de longs déplacements… « Je ne peux pas tout faire », dit Amaury Bart, bien décidé à vivre encore pleinement toutes ses passions en attendant sans doute de devoir, un jour, faire des choix.- Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info

Cliquez sur les images pour les agrandir

22
Juin
17

Gilles Foulon veut terminer sur une bonne note

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce vendredi soir 20h, c’est la générale, la dernière répétition de l’harmonie avant le concours de classement qui aura lieu dimanche matin à Calais… La dernière répétition aussi dirigée par Gilles Foulon qui a décidé de laisser sa baguette à un plus jeune, Anicet Bart dont la nomination devrait être officialisée d’ici peu.

À la tête de l’harmonie Avenir depuis 2003, Gilles Foulon espère bien terminer sur une belle note… Entre 16 et 17,5, ce qui confirmerait l’harmonie en division Excellence (soit la 2e sur les 6 existantes), niveau le plus haut auquel elle peut prétendre compte tenu de ses moyens.
La question de savoir s’il fallait ou non participer à ce concours a été posée aux musiciens eux-mêmes. « Ils nous ont répondu qu’il fallait y aller à plus de 80 % », explique Denis Bart, secrétaire de l’harmonie. « Le concours, c’est une façon de se bousculer » poursuit Gilles Foulon qui, depuis trois mois, dirige inlassablement les répétitions, avec notamment un gros travail par pupitre. Un investissement personnel mais qui va bien à un chef qui a toujours voulu « chercher la difficulté pour tirer vers le haut ».
Pour atteindre son objectif, l’harmonie comptera sur ses forces vives… Tous les musiciens (ou presque) qui font partie de l’harmonie, de 14 à 87 ans, seront du déplacement. Pas question d’aller chercher des renforts à l’extérieur pour élever artificiellement le niveau. « Seuls quelques copains qui ont l’habitude de se rendre service, viendront remplacer les absents retenus pour des raisons professionnelles et familiales », dit Amaury Bart, le président, qui tient à ce que la démarche reste entièrement bénévole. Un cor anglais viendra également de l’extérieur… « Tout simplement parce que nous n’avons pas l’instrument ».
Dimanche, deux morceaux seront interprétés: l’un est libre, l’autre est imposé. Le premier, sans doute le plus difficile techniquement, est déjà joué depuis trois ans : El Camini Real d’Alfred Reed que l’on a déjà entendu en concert à Burbure. Le second, Grand Fanfare de Giancarlo Castro D’Addona, celui qui est imposé, est peut-être plus facile, mais il y a plus de « percus » et ça va vite.
Avant de se lancer dans l’arène, l’harmonie effectuera donc sa dernière répétition en public. L’occasion de voir une dernière fois Gilles Foulon à la baguette (officiellement du moins) à Burbure. « 62 ans, c’est l’âge légal de la retraite » dit-il en riant. L’homme a fait évoluer l’harmonie dans le bon sens, tout le monde le sait… « Mais il faut changer » affirme-t-il, considérant qu’il est déjà resté trop longtemps parce que normalement, selon lui, « au bout de dix ans ça suffit ! ». L’on peut comprendre car préparer deux concerts annuels, la messe de Sainte-Cécile, les concerts extérieurs, etc. demande une grande disponibilité. L’on n’oubliera pas non plus que sous sa baguette l’harmonie aura participé à quatre concours de classement et enregistré deux CD.- Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le Grand Fanfare de Giancarlo Castro D’Addona, en voici une version jouée par le Brass Band d’Amsterdam. Cliquez ici.




Catégories

Archives

juin 2017
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930